• October 20, 2017, 05:35 AM
• Welcome, Guest. Please login or register.
Did you miss your activation email?
Perusing The Shelves

Author Topic: Review: Love Play by Rosemary Rogers  (Read 826 times)

Offline lulu7005

  • PTS Expert
  • *
  • Posts: 7589
  • Thanked: 7053 times
  • Rating : 14776
  • Might is right. Possession is 9/10 of the law.
Review: Love Play by Rosemary Rogers
« on: March 28, 2013, 01:05 AM »
Book: Love Play by Rosemary Rogers
Genre: Contemporary romance
Published year: 1981
Rating: 1 out of 5 (*)
The blurb:
Beautiful and defiant Sara Colevile's brazen escapades have excited Marco Marcantoni--enflaming the hot-blooded Italian duke's most shameless passions. He vows he will have her--to use her until all his needs are satisfied. But Sara's nature is deceptive and it is she who ultimately prevails in a world where wealth makes love easy and dangerous.

My Review:
Toujours le même schéma: une plume cynique, "héroïne" masochiste, "héro" sadique pour qui toutes les femmes sont des putains. Viols et autres humiliations à gogo perpétrés par le "héro" et autres personnages masculins du roman - après tout elle l'a bien cherché - et l'"héroïne" subissant le tout avec un stoïcisme digne des plus grands martyres religieux.

Je ne suis jamais entrée dans l'histoire où de toute façon rien ne se passe, les "héros" sont à baffer et je passe sur le ridicule des dialogues... Y a rien à dire, heureusement que le ridicule ne tue pas car elle remporte la palme haut la main!!!!!!

C'est l'histoire de deux demi-soeurs filles d'une actrice célèbre qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Sara (l'"héroine") est l'aînée des deux, son père est un aristocrate anglais et est la soeur sage et posée. Delight (la demi-soeur) est un manequin et jet-setteuse invétérée qui entre autres expériences "fun" a tourné dans deux films pornos...

Sara rejoint Delight à New-York d'où elles vont toutes les deux s'envoler pour Los Angeles où Sara s'est inscrite à UCLA et où Delight doit tourner dans un film "normal" dans lequel l'agent de leur mère lui a décroché un tout petit rôle sensé lui faire une nouvelle réputation d'artiste. Delight explique à Sara qu'elle est tombée follement amoureuse d'un italien dont le frère ainé, un duc machin chose, fait tout ce qu'il peut pour les séparer. Elle lui explique qu'elle et Carlo vont se marier en cachette et aller passer leur lune de miel dans le fin fond de l'Inde et lui demande de jouer son personnages pendant 2 semaines afin de détourner l'attention du frère ainé...

Là, je dois dire que Rosemary Rogers a fait fort: elle a étoffé le rôle de l'héroïne masochiste. Sara est une héroïne masochiste typique de Rogers qui n'arrêtes pas de se dire "Oh mon dieu qu'ai je fait?!" ou "Oh mon dieu pourquoi lui ai-je dit ça?!" mais en plus (et c'est une nouveauté) c'est une poivrote invétérée qui projete de perdre sa virginité avec l'acteur principal et producteur du film qui est un homme marié et dont elle trouve la femme adorable - oui, oui, vous avez bien compris. La seule raison pour laquelle ça ne se passe pas, c'est parce qu'elle sombre dans un sommeil éthylique et que l'acteur est appelé au milieu de la nuit par sa femme (je précise au passage que ça ne le dérangeait pas de se la faire saoule comme une barique et inconsciente et qu'il était assez frustré d'être interrompu)  :-\ :-\ :-\ Mais avant ça, dans la même journée Marco (le "héro") l'oblige a déjeuner avec lui dans le bureau d'un des producteurs où il s'est fait livrer leur lunch et du vin. Là, elle décide de lui dire ses 4 vérités. RR ne décrit pas ce qu'elle dit mais comment lui réagit à sa diatribe. Et à la fin du paragraphe il lui dit furieux de se taire que de toute façon elle est saoule (encore!) et là elle réalise que les deux bouteilles de vin sont vides. Elle les a bu pendant sa diatribe sans s'en rendre compte (véridique!!!). Elle passera l'après midi a cuver son vin avant de rejoindre l'acteur pour la soirée qui l'emmène chez un ami à lui qui se révèle être le meilleur ami de la mère de l'héroïne qui a également invité Marco et sa maitresse. Là, elle enchaîne les cocktails à base de vodka. Il faut savoir qu'elle n'a ni petit déjeuner, bu 2 bouteilles de vin blanc en guise de déjeuner, ni dîner... Héroïne masochiste, poivrote et complètement crétine  :-\

Mais ça ne lui a pas servi de leçon et elle remet ça avec Marco cette fois et lorsqu'elle se réveille de sa torpeur éthylique elle est en Sardaigne ou Sicile (je ne sais déjà plu - c'est dire), dans un château isolé au milieu des montagnes. Masochiste, poivrote et complétement crétine: une héroïne selon mon coeur  :-\

Là, Marco lui explique qu'il ne compte pas la violer. Car pourquoi prendre par la force ce qu'il peut recevoir librement, c'est à dire lorsque Sara se décidera a être honnête avec elle même, et reconnaître que sous ses dehors de femme libérée elle rêve d'une main ferme, que comme toutes les femmes elle est l'esclave de ses sens, blablaba, blablabala, blablabla...

Finalement après quelques jours d'isolement forcé, il décide de l'emmener à une soirée privée où en plus de l'alcool, il l'incite à consommer de la coke (là elle s'abstient - pas trop tôt), et la laisse entourée de jet-setteurs qui se bousculent pour lui plaire. Elle s'étonne du succès de sa soeur jusqu'à ce qu'un des gars lui propose d'aller danser dans la discothèque privée de la villa où en plus de la musique, les films pornos de Delight sont projetés en boucle sur des écrans géants. Elle décide de "donner une leçon" à Marco et lui fait croire qu'elle a passé la soirée à passer d'un lit à l'autre. Au petit matin elle le cherche pour rentrer et le surprend parlant d'elle comme étant sa putain du moment jusqu'à nouvel ordre. Un grand classic chez RR.

Le lendemain, il se saoul, la rejoint la nuit alors qu'elle dort et après s'être un peu débatue Sara cède parce qu'elle a beau le detesté, savoir qu'il s'imagine qu'elle est sa soeur, c'est plus fort qu'elle (encore une fois, typique des romans de Rogers). Marco, lui est trop crétin pour se rendre compte qu'elle était vierge (il avouera à la fin que c'est la gouvernante, une fois qu'elle s'est enfuie, qui le lui a appris ) et l'appelle sa putain, son jouet, son esclave sexuelle, blablabla... J'oubliai: en bonus, il lui donne une gifle qui la laisse marquée plusieurs jours (là aussi, rien de nouveau sous le soleil de RR)...

Finalement, avec l'aide du demi frère batard de Marco elle fini par s'enfuir (au moment où le mariage de Delight et Carlo fait la une des tabloïdes). Il la rejoint et alors là je vous fait grâce des retrouvailles...
« Last Edit: March 28, 2013, 01:42 AM by lulu7005 »
 

Advertisement


WebUser

  • Guest
Re: Review: Love Play by Rosemary Rogers
« Reply #1 on: March 28, 2013, 01:09 AM »
.......huh? ???

Oh. I translated. Really funny!
« Last Edit: March 28, 2013, 01:15 AM by ╰☆╮Mia╰☆╮ »
 
The following users thanked this post: lulu7005

Offline lulu7005

  • PTS Expert
  • *
  • Posts: 7589
  • Thanked: 7053 times
  • Rating : 14776
  • Might is right. Possession is 9/10 of the law.
Re: Review: Love Play by Rosemary Rogers
« Reply #2 on: March 28, 2013, 01:41 AM »
You are not allowed to view links. Register or Login
.......huh? ???
LOL, Mia!  ^-^

You are not allowed to view links. Register or Login
Oh. I translated. Really funny!

Sorry for the French. I wrote this review after having read this book on a friend request (she doesn't understand English). I know, I should have translated it but I really don't have the time to do it right now and I also know that the sadistic bi*tch (who happens to be a real life friend) laughed her ass off when she read it, so I thought I could put it here so those who can understand can have a laugh out of it  ;D
 

WebUser

  • Guest
Re: Review: Love Play by Rosemary Rogers
« Reply #3 on: March 28, 2013, 01:49 AM »
You are not allowed to view links. Register or Login
Sorry for the French. I wrote this review after having read this book on a friend request (she doesn't understand English). I know, I should have translated it but I really don't have the time to do it right now and I also know that the sadistic bi*tch (who happens to be a real life friend) laughed her ass off when she read it, so I thought I could put it here so those who can understand can have a laugh out of it  ;D

No, no dont apologize! Believe me or not I understood what you wrote and its really funny when translated...you know how Google Translate is :P It was a bit hard though - Google decided to change genders every half sentence :D
 

Offline lulu7005

  • PTS Expert
  • *
  • Posts: 7589
  • Thanked: 7053 times
  • Rating : 14776
  • Might is right. Possession is 9/10 of the law.
Re: Review: Love Play by Rosemary Rogers
« Reply #4 on: March 28, 2013, 01:55 AM »
You are not allowed to view links. Register or Login
No, no dont apologize! Believe me or not I understood what you wrote and its really funny when translated...you know how Google Translate is :P It was a bit hard though - Google decided to change genders every half sentence :D

I believe you. ;)
 

Tags:
 

Related Topics

  Subject / Started by Replies Last post
0 Replies
763 Views
Last post March 28, 2013, 12:39 AM
by lulu7005